Sur les traces d’un mexicaniste français, constitution et analyse du fonds François Chevalier

Camille Foulard

Resumen


La grande thèse de François Chevalier, La formation des grand domaines au Mexique, terre et société aux XVI-XVIIIe siècle, publiée en 1952 a, en son temps, très profondement marqué l’historiographie. S’inscrivant résolument dans la mouvance des Annales, François Chevalier fait montre d’une grande originalité quant aux thèmes abordés et aux méthodes utilisées. À ce titre il est, dès les années cinquante, l’un des grands instigateurs du renouvellement des problématiques portant sur l’Amérique latine en sciences sociales. Historien, spécialiste sans conteste du Mexique puis des pays andins, François Chevalier n’a cependant pas eu le parcours classique de l’enseignant-chercheur. Il effectue, en effet, la majeure partie de sa carrière en tant que directeur successif de l’Institut français d’Amérique latine (IFAL) au Mexique, de la Casa Velázquez en Espagne et de l’Institut français d’Études andines (IFEA) au Pérou, institutions au sein desquelles il contribue largement au rayonnement intellectuel français. Lors de ses séjours prolongés en Amérique latine, François Chevalier a constitué une bibliothèque personnelle dont la valeur est inestimable pour nombre d’américanistes puisque de nombreux ouvrages, actuellement épuisés, n’existent plus qu’en unique exemplaire. Ce fonds a, pour partie, été versé au Centre de recherche sur l’Amérique latine et les mondes étrangers (CRALMI) de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.


Texto completo:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.22134/trace.49.2006.472

Enlaces refback

  • No hay ningún enlace refback.


Copyright (c) 2018 Revista Trace

Licencia de Creative Commons
Este obra está bajo una licencia de Creative Commons Reconocimiento-NoComercial-CompartirIgual 4.0 Internacional.

Dirección
CEMCA
Río Nazas 43
Cuauhtémoc
Ciudad de México
C.P. 06500
Revista TRACE CEMCA

ISSN electrónico 2007-2392